Les recettes les plus simples sont souvent les meilleures ! J'ai toujours été convaincue des vertus de la simplicité en cuisine. Et ce gâteau aux myrtilles n'est pas pour me faire changer d'avis. J'ai repris la recette de base de mon Gesundheitskuchen (une simple pâte à cake), remplacé le lait par du yaourt nature, incorporé des myrtilles (enfin plutôt des myrtilles de culture produites en Alsace, donc des bleuets si on veut appeler un chat un chat). Et voilà ! [one_half padding="0 2px 0 0"][/one_half][one_half_last padding="0 0 0 2px"][/one_half_last]   Qu'ajouter de plus ? Pas grand chose...

Depuis que j'ai fait mon premier Gesundheitskuchen façon marbré au chocolat, les enfants me le réclament en permanence. Quelle que soit la variante que je leur propose, la réponse est toujours la même : non, nous, on veut un gâteau Savane ! Du coup, ils m'infligent une véritable punition. Moi qui adore tripatouiller mes recettes dans tous les sens pour composer de nouvelles saveurs, me voilà contrainte à m'en tenir à une seule et unique et répétitive version. Alors cette fois-ci, je n' ai pas attendu mes enfants pour qu'ils mettent la main à la pâte ! J'ai profité qu'ils...

Que serait la vie sans gâteau ? Je n'ose même pas l'imaginer. Cette perspective suffit à me plonger dans la désolation. Le monde ne serait assurément plus le même. Il y manquerait une part immense de joie, de futilité et d'insouciance. Il manquerait des Pierre Hermé, des Christine Ferber, des Christophe Felder. Il manquerait Gat'ô la fabuleuse pâtisserie strasbourgeoise sans lactose de mon amie Sarah Abitan. Il manquerait des goûters joyeux, des bougies d'anniversaire, des étincelles de bonheur dans les yeux des gourmands. Il manquerait des parenthèses de douceur pour effacer peines et tracas. Il manquerait des bols et des fouets...

Pour ceux qui suivent ce blog, vous avez peut-être remarqué que j'y suis un peu moins assidue ces derniers temps. Ce n'est pourtant pas faute d'élaborer de nouvelles recettes. Je me consacre en effet pleinement à la création de mon premier livre de cuisine qui devrait voir le jour mi-octobre. C'est un projet passionnant que j'ai l'immense plaisir de partager avec mon amie Francesca Gariti en charge des photographies. Pour l'instant, nous en sommes encore au stade de la réalisation des recettes et nous enchaînons les prises de vue. Un travail très prenant qui me fait malgré moi lever le...

En Alsace, pas de fêtes de Pâques sans le traditionnel et délicieux Lämmele (aussi appelé Lamala, Lammele ou Osterlammele), un irrésistible et adorable agneau proposé, non pas dans les boucheries mais dans les pâtisseries alsaciennes. Ouf, voici une bête qu'on peut dévorer toute entière sans aucun état d'âme ! (A moins de suivre un régime vegan qui proscrit les oeufs...

Vous avez bien envie de vous lancer dans la confection de beignets maison pour mardi-gras mais vous n’avez ni le temps, ni la motivation pour vous aventurer dans la réalisation d’une pâte levée ? J’ai déniché dans un livre de Suzanne Roth la recette de beignets alsaciens qu’il vous faut : pas de temps de repos au réfrigérateur, ni de temps de pousse. La pâte est prête en deux temps trois mouvements. Elle est aussitôt étalée et découpée à l’emporte-pièce. Puis les formes sont plongées dans un bain de friture et ensuite trempées dans un mélange de sucre et cannelle. Je ne...

A l'approche des fêtes de carnaval, la question cruciale des beignets commence à hanter les esprits. En Alsace, il en existe de nombreuses variétés dont les fameuses schenkele ou cuisses de dame que je vous proposais l'an dernier. Plus vaste est le choix, plus grand est l'embarras ! Quelle forme et quelle saveur adopter pour l'édition 2018 ?  C'est en essayant de trancher cette question existentielle après ma dernière chronique culinaire sur le plateau de la matinale 9h50 d'Hervé Aeschbacher, que les beignets de mamie Didi sont entrés dans la ronde. Tandis que nous dissertions autour de nos variétés préférées, Catherine...

Bon, c'est clair et net : ma gourmandise me mène par le bout du nez ! Et ce n'est pas demain la veille que je reprendrai le contrôle sur elle. Pour ma défense, on ne peut pas être blogueuse culinaire et ne pas aimer manger. A moins de se spécialiser dans le jeûne, la monodiète, les jus détox ou les régimes restrictifs...

J'ai découvert, il y a peu, grâce à un lecteur du blog, qu'il y avait en Alsace une tradition gourmande liée au premier jour de l'an : le Neijohrsbretschdell, une brioche façonnée en forme de bretzel.  Cadeau rituel de la Saint-Sylvestre, le Neijohrsbretschdell était offert, enrubanné de rouge (je n'avais pas de ruban rouge, donc j'ai fait avec les moyens du bord pour ma part) par les parrains à leurs filleuls en échange de leurs bons voeux.  A la différence des spécimens usuels,  le bretzel de nouvel an était sucré et de taille XXL. Autre usage sans doute moins courant, il était...