Bon, c'est clair et net : ma gourmandise me mène par le bout du nez ! Et ce n'est pas demain la veille que je reprendrai le contrôle sur elle. Pour ma défense, on ne peut pas être blogueuse culinaire et ne pas aimer manger. A moins de se spécialiser dans le jeûne, la monodiète, les jus détox ou les régimes restrictifs...

J'ai découvert, il y a peu, grâce à un lecteur du blog, qu'il y avait en Alsace une tradition gourmande liée au premier jour de l'an : le Neijohrsbretschdell, une brioche façonnée en forme de bretzel.  Cadeau rituel de la Saint-Sylvestre, le Neijohrsbretschdell était offert, enrubanné de rouge (je n'avais pas de ruban rouge, donc j'ai fait avec les moyens du bord pour ma part) par les parrains à leurs filleuls en échange de leurs bons voeux.  A la différence des spécimens usuels,  le bretzel de nouvel an était sucré et de taille XXL. Autre usage sans doute moins courant, il était...

Noël est précédé en Alsace d'un florilège de traditions et gourmandises qui font durer les fêtes tout le long du mois de décembre. Parmi les spécialités gourmandes indissociables de cette période faste en saveurs, il y a bien-sûr les incontournables Mannele (ou Mannala). Ce bonhomme en brioche préparé à l'occasion de la fête de la Saint-Nicolas porte également le nom de Jean Bonhomme en Lorraine et en Franche-Comté. Au moins, la prononciation ne laisse aucune place au doute ou au malententendu chez nos voisins. Alors qu'en Alsace, un débat fait rage ! Doit-on l'appeller Mannele ou Mannala ? Dans le Bas-Rhin, on...

Depuis le mois de septembre, j'anime 2 à 3 fois par mois une chronique culinaire sur le plateau de la matinale de 9h50 sur France 3 Alsace aux côtés d'Hervé Aeschbacher. J'y croise des personnalités hautes en couleur qui viennent partager leur passion ou leur expertise dans leur domaine de prédilection. De bien belles rencontres parmi lesquelles je dois avouer avoir eu un véritable coup de coeur pour Antoinette de Knackwiller ! Il faut dire qu'Antoinette de Knackwiller est un personnage loufoque, assez haut perché qui brille par sa modestie toute relative, ses excès de coquetterie et son sens de l'auto-dérision...

Pour ceux qui ne connaissent pas l'Alsace, vous ne pouvez imaginer à quel point, il est difficile d'y vivre. Chaque jour est un combat à livrer contre la tentation de céder aux mille et un délices typiques de notre région. Franchement c'est un enfer ! Comment résister à un Kougelhopf tout frais, à une moelleuse bretzel, à une choucroute royalement garnie,  à un munster bien fait, à de savoureuses Fleischshnacka, aux spätzle,  knepfle et griespflutta, au croustillant du streusel, au bonheur de croquer dans une knack, à l'appel de la boîte à bredele, à la gourmandise du Käsekuchen...

Depuis la rentrée, j'ai le privilège de participer à la matinale 9h50 sur France 3 Alsace aux côtés de l'animateur Hervé Aeschbacher et une équipe de joyeux lurons tous plus gourmands les uns que les autres. A chacun de mes passages (à raison de 2 fois par mois), je propose une recette traditionnelle le plus souvent revisitée par mes soins. Mercredi dernier, je me suis attaquée à ce que le présentateur Hervé a qualifié de monument de la gastronomie : la tarte au fromage blanc (Käsekuchen) ! C'est un de mes desserts préférés et depuis ce printemps, je me plais à imaginer...

Il y a des recettes qui me filent la banane. Pas forcément des recettes à la banane d'ailleurs. Dès lors qu'il y a abondance, opulence, voire exubérance, mon coeur se met en liesse et la vie me paraît irrémédiablement radieuse. Rien de plus galvanisant qu'un compteur calorique frisant l'indécence ! Il annonce un précieux instant de lâcher-prise, où plus rien ne compte que le plaisir extatique de céder à la gourmandise. Ce n'est pas raisonnable ? Tant mieux, la dégustation n'en sera que meilleure ! Et je prendrai un malin plaisir à me moquer de tout le reste, à envoyer valser...

Vous aimez le cake, vous êtes fan de tarte au fromage blanc et vous ne résistez pas à un bon streusel ? Alors, vous allez à coup sûr raffoler de ma dernière création : le Käsestreuselkuchen, un gâteau hybride qui combine chacune de ces trois gourmandises. Après une toute première mouture à la pomme, j'ai eu envie d'une version un peu plus exotique à la mangue. Et oui, quand un gâteau me plaît, il finit par obséder toutes mes pensées. Je deviens un brin mono-maniaque ! Je ne peux m'empêcher de lui imaginer une kyrielles de variantes, histoire d'explorer pleinement son...