Le printemps peine à s'installer en Alsace mais les beaux jours finiront forcément par venir. Ces derniers temps, mes songes sont peuplés de rayons de soleil et de déjeuners sur l'herbe, de boutons d'or et de rires d'enfants, de chants d'oiseaux et de papillons. Je rêve de pique-nique quoi !  Et dans ces rêveries figurent les plus merveilleux clichés : l'incontournable nappe à carreau, le soleil au zénith, les jolis couverts, la caresse d'une brise succulente, l'ombre exquise d'un grand chêne, les verres qui s'entrechoquent pour tinter l'amitié...

Il y a quelques temps, je vous proposais sur ce blog la recette traditionnelle des Griesknepfle, des galettes de semoule fabuleuses de simplicité que nos grands-mères alsaciennes servaient accompagnées de potage et de compote de pommes au moment du dîner. Un plat roboratif, économique et gourmand à remettre assurément au goût du jour ! Et pourquoi pas l'utiliser en support de délicieuses bouchées apéritives, un peu à la manière des blinis ? C'est ce que j'ai tenté avec ces griesknepfle agrémentés d'herbes fraîche, garnis d'une crème d'avocat et de saumon fumé ! Et...

En Alsace, pas de fêtes de Pâques sans le traditionnel et délicieux Lämmele (aussi appelé Lamala, Lammele ou Osterlammele), un irrésistible et adorable agneau proposé, non pas dans les boucheries mais dans les pâtisseries alsaciennes. Ouf, voici une bête qu'on peut dévorer toute entière sans aucun état d'âme ! (A moins de suivre un régime vegan qui proscrit les oeufs...

En Alsace, la patate a la cote ! On la retrouve en vedette des fameuses grumbeerekiechle (galettes), en star du roïgebrageldi, en fiancée indissociable du bibeleskaes, en protagoniste incontournable du traditionnel baeckeoffe, en invitée permanente de la choucroute. Et elle sert de base à nombre de spécialités comme les Grumbeereknepfle (sortes de gnocchis) ou les buwespätzle (sortes de quenelles). Et si pour changer un peu, on lui substituait de temps à autre la patate douce, qui combine à la fois les vertus d’un féculent au fort pouvoir rassasiant et les qualités nutritionnelles d’un légume riche en fibres, minéraux et vitamines...

Ceux qui suivent un peu ce blog ne sont pas sans l'ignorer, je suis complètement tarte ! J'adore toutes les tartes mais j'ai un faible particulier (qui vire presque à l'obsession) pour la tarte au fromage blanc. Depuis quelques temps, je m'amuse à la décliner en variantes toutes plus gourmandes les unes que les autres. Tout a commencé le 27 mai 2017 quand hésitant longuement entre une tarte à la rhubarbe et une tarte au fromage blanc, j'ai finir par choisir...

Voilà bientôt 2 ans que j'ai lancé ce blog dédié à l'Alsace gourmande et je n'avais toujours pas posté de recette de Baeckeoffe à ce jour. Une lacune que je me devais absolument de combler. Car le Baeckeoffe (Bäckeofe ou Bäckaofa) est à l'Alsace ce que la crêpe est à la Bretagne, la potée à la Lorraine, l'Aïoli à la Provence, le boeuf bourguignon à la Bourgogne, la Carbonade au Nord-Pas de Calais...

Vous avez bien envie de vous lancer dans la confection de beignets maison pour mardi-gras mais vous n’avez ni le temps, ni la motivation pour vous aventurer dans la réalisation d’une pâte levée ? J’ai déniché dans un livre de Suzanne Roth la recette de beignets alsaciens qu’il vous faut : pas de temps de repos au réfrigérateur, ni de temps de pousse. La pâte est prête en deux temps trois mouvements. Elle est aussitôt étalée et découpée à l’emporte-pièce. Puis les formes sont plongées dans un bain de friture et ensuite trempées dans un mélange de sucre et cannelle. Je ne...

La tradition culinaire alsacienne est décidément très caractéristique ! Si un seul maître-mot pouvait se rattacher à toutes les spécialités gourmandes de notre belle région, j'opterais sans hésitation pour "générosité". Et oui, en Alsace (sans vouloir alimenter les clichés), on n'a pas peur d'avoir la main lourde ni l'estomac trop petit. Les plats sont riches et les portions généreuses. Tenez les crêpes, par exemple ! En Alsace, la crêpe est tout sauf fine, plate, mince, svelte, menue, fluette, gracile, légère...

En mettant au point mon dernier schneckekueche à la frangipane - version idéale pour célébrer l'épiphanie-, mon esprit a été assailli de mille et une autre idées de variations (évidemment ceci est une figure de style et pas à prendre au pied de la lettre, j'ai  l'esprit plutôt vif mais pas puissant au point d'atteindre cette prouesse). Disons que j'ai imaginé le schneckekueche dans de nouvelles postures (quand il s'agit d'assouvir ma gourmandise, mon cerveau devient soudainement bien plus performant), sucrées mais aussi, plus inhabituelles, salées. On fait bien des kouglofs agrémentés de lardons, alors pourquoi pas un chinois salé...