La recette de tartine pruneaux bleu des Vosges que je vous propose aujourd'hui est tellement rudimentaire que je ne sais même pas si elle mérite de porter le nom de recette. Ceci dit, elle n'en est pas moins succulente. Car, l'association pruneaux bleu est juste fabuleuse. Et n'allez pas croire que je me jette des fleurs car l'idée n'est pas la mienne ! Elle me vient de l'Epicerie, un resto strasbourgeois qui a fait de la tartine la reine de sa cuisine. J'ai beaucoup fréquenté cet endroit dans mes jeunes années. Si je ne m'abuse, c'est le premier restaurant concept...

J'ai un souvenir impérissable du gratin de chou-fleur de la cantine, noyé dans la béchamel et accompagné d'oeufs durs. Un trauma culinaire pour un nombre incalculable d'enfants qui, devenus adultes, entretiennent toujours et encore avec le chou-fleur une relation tumultueuse, entre réticence, affection teintée d'appréhension et phobie pure et dure. Pour ma part, j'avoue avoir toujours aimé, pour ne pas dire adoré le gratin de chou-fleur. Là où la plupart de mes camarades appréhendait le gratin de chou-fleur annoncé au menu du jour comme une punition sadique infligée à leurs papilles,  je savourais pour ma part l'idée de me délecter...

L'exquise saison des courges a commencé depuis un moment en Alsace, quand bien même la météo persiste à démentir l'arrivée de l'automne ! J'aime toutes les variétés de courges (il en existe une tripotée et je n'en connais finalement que très peu). Mais parmi celles que j'ai l'habitude de cuisiner - principalement  l'estivale courgette, le potimarron, le potiron, la musquée de Provence, la courge muscade -, j'ai une petite préférence pour la Butternut et sa subtile saveur de noisette (que je classe en pôle position ex-aequo avec le potimarron). [one_half padding="0 2px 0 0"] Tout récemment, lors de ma dernière chronique sur France...