Il m'arrive régulièrement de préparer un plat familial et de voir trop grand, beaucoup trop grand. En même temps, il y a des plats, comme la choucroute, le bäckeoffe ou le pot-au-feu qui s'envisagent difficilement en petites portions. Si chez moi personne ne se plaindra (ou n'osera se plaindre) de faire deux repas sur le même plat, c'est une franche levée de boucliers si je m'aventure à reposer la marmite une troisième fois sur la table. Je n'ai donc pas d'autre choix que celui de ruser (hors de question pour moi de jeter !) et d'offrir une autre vie à mes restes et par la-même...

Voilà, c'est fait. Je me suis enfin attaquée à la réalisation des Fleischschnacka. Il était grand temps ! D'autant que mon mari pourtant ancré en Alsace depuis sa naissance n'en avait jamais goûté. Autant vous dire que si, tout comme lui, vos papilles n'ont pas encore rencontré cette spécialité alsacienne, vous êtes passé à côté de l'essentiel ! Oui, oui, c'est fort triste ! Vous rendez-vous compte : faire l'impasse sur le plus exquis et raffiné des plats alsaciens (à mon sens : je n'ai évidemment pas le monopole du bon goût mais mon palais de grande gourmande est plutôt bien affûté) !...