Cette fois, c'est bel et bien la dernière recette d'asperges que je vous propose en 2019. Enfin, si je parviens à ne pas récidiver ce week-end, ce dont je doute fort car mon amie Ben m'a ramené hier soir une botte épluchée, prête à l'emploi que je vais forcément cuisiner sans tarder. Mais avec un peu de chance, ...

Les fêtes de Pâques approchent à grands pas. Et dans les foyers alsaciens, on commence sérieusement à songer à l'adoption d'un petit animal tout doux qui fait le bonheur des petits et des grands gourmands. Je veux bien-entendu parler du lämmele ou lamala, une espèce rare et prisée à base de biscuit génoise actuellement en pleine période de reproduction et dont l'espérance de vie est si courte qu'elle en devient plus précieuse encore. Pas étonnant donc que tout le monde ou presque en pince pour cet agneau moelleux à souhait ! Véritable caresse pour les papilles, le lamala est en...

L'hiver tire à sa fin mais il est toujours temps de se faire plaisir avec une bonne soupe de légumes. Je dirais même qu'il est urgent et indispensable de se délecter d'une bonne soupe de légumes d'hiver avant que le printemps ne vienne sonner le glas des nourritures rassérénantes de la froide saison. Non, je ne trépigne pas encore d'impatience à l'idée de déguster des asperges, de la rhubarbe ou des fraises. Chaque chose en son temps. Et il s'agit de vivre chaque temps pleinement. Alors, je ne boude pas mon plaisir de cuisiner les légumes qui font le charme...

Si vous vous êtes récemment baladé(e) en forêt, il est fort probable qu' une odeur entêtante d'ail ait titillé vos narines. C'est le début de la saison de l'ail des ours. Particulièrement friand des endroits humides et ombragés, il pousse généralement en forêt et/ou à proximité des petits cours d'eau. Cette année, l'ail des ours est sorti en force. Je n'en ai pas cru mes mirettes en me balançant du côté du jardin de Pourtalès, au début de la forêt de la Wantzenau, tant il s'est déployé sur d'immenses étendues. [one_half padding="0 2px 0 0"][/one_half][one_half_last padding="0 0 0 2px"][/one_half_last] C'est donc le moment...

Le printemps peine à s'installer en Alsace mais les beaux jours finiront forcément par venir. Ces derniers temps, mes songes sont peuplés de rayons de soleil et de déjeuners sur l'herbe, de boutons d'or et de rires d'enfants, de chants d'oiseaux et de papillons. Je rêve de pique-nique quoi !  Et dans ces rêveries figurent les plus merveilleux clichés : l'incontournable nappe à carreau, le soleil au zénith, les jolis couverts, la caresse d'une brise succulente, l'ombre exquise d'un grand chêne, les verres qui s'entrechoquent pour tinter l'amitié...

Cet été, j'ai découvert un livre du fameux pâtissier strasbourgeois Thierry Mulhaupt qui m'a d'emblée tapé dans l'oeil ! Ce virtuose des douceurs sucrées a eu l'idée très ingénieuse de revisiter nos traditionnels biscuits de Noël alsaciens. Il propose dans son livre d'exquis bredele salés, qui ressemblent trait pour trait aux versions sucrées. Des recettes qui ont forcément émoustillé mes papilles et m'ont donné envie d'imaginer mes propres associations de saveurs ! Après les spirales au pesto rosso et au munster blanc et celles au roquefort et quetsches de cet été, je vous propose aujourd'hui de délicieux sablés apéritifs au Comté et aux noix....

Mes parents m'ont amené, il y a quelques jours, des asperges de seconde catégorie achetées à très bon prix (aux alentours de 4€) dans une ferme alsacienne. Elles sont certes moins régulières et moins jolies que leurs consoeurs vendues à prix forts et ne sont pas idéales à déguster à la manière traditionnelle (cuites à l'eau ou à la vapeur et proposées avec différentes sauces). Mais, elles ne sont pas à bouder pour autant ! Pour peu qu'elles soient judicieusement apprêtées, elles n'ont même rien à envier aux modèles de beauté auxquels nous sommes généralement habitués. Cuisinées en gratin par exemple, ces asperges sont à même de révéler une esthétique...

Bon, pas de recette de bredele aujourd’hui. Parce que même si Noël approche et qu’en Alsace, tout ne tourne plus qu’autour du sapin, il faut aussi penser à se nourrir… D’autre chose que de biscuits et de chocolat… Je vous ai donc concocté une petite recette sympa, un brin festive tout de même, parce qu’il ne s’agit pas non plus d’avaler des plats fadasses, de se laisser mourir de faim ou de se serrer la ceinture sous prétexte que les agapes de fin d'année approchent et que nous allons sans doute manger plus que de raison...