Petit biscuit de Noël formés à la poche à douille ou au hachoir

Spritz, le biscuit incontournable du Noël alsacien

Ou quand un atelier de confection de bredele tourne au cauchemar (Mais rassurez-vous l’histoire se termine bien !)

La saison 2015 des bredeles se poursuit chez moi avec une fournée de Spritz, ces biscuits de Noël aux formes sinueuses, généralement façonnés au hachoir. Pour tout vous avouer, n’étant pas en possession de cet outil et plutôt réfractaire à l’idée de l’utiliser, je me suis mise en quête d’une recette réalisable à la poche à douille et j’ai cru trouver mon bonheur sur le superbe blog strasbourgeois Beau à la louche. Seulement, l’ouverture de ma douille étant trop étroite, ma pâte n’a pas voulu s’y engager et ma poche à douille s’est rebiffée, menaçant d’ exploser. Résultat des courses, j’ai filmé ma pâte qui était sensée être utilisée de suite pour la mettre au réfrigérateur, et laissé en plan mon plan de travail (encore couvert de farine) avec l’idée ferme en tête d’acquérir une nouvelle douille dans le magasin d’ustensiles de cuisine le plus proche.

Petit biscuit de Noël formés à la poche à douille ou au hachoir

Une heure plus tard, j’étais de retour chez moi sans douille mais non pas bredouille, puisqu’accompagnée du hachoir que je m’étais promise de ne pas acheter ! L’objet n’est pas repoussant en soi mais l’idée de devoir assembler les pièces de cet engin muni d’une lame tranchante avait déjà de quoi me rendre méfiante et suspicieuse à son égard. De nature anxieuse et prompte à imaginer le pire, le hachoir évoque bien plus dans mon esprit une scène de boucherie sanglante avec quelques doigts en moins, que des petits biscuits tout mignons, tout bons. Evidemment, comme à chaque fois que je fais quelque chose en y allant à reculons avec la conviction de devoir galérer pour y parvenir, j’ai ramé et pas qu’un peu ! Trois-quart d’heures et un torticolis plus tard, mon hachoir est enfin en un seul morceau et apparemment en état de fonctionner.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Plus le temps cependant de tester mon acquisition et d’amorcer une tentative de réconciliation avec l’engin qui a malmené mes méninges, endolori ma nuque, et plus cruel encore, sapé une partie de ma confiance en moi : c’est l’heure limite moins une poignée de minutes pour aller chercher mes enfants.

Rebelote, je laisse tout en plan, je pique un sprint jusqu’à l’école et reviens 20 minutes plus tard, accompagnée de mes deux chérubins. Pressée de donner enfin forme à mes Spritz dont la pâte repose maintenant au frais depuis deux bonnes heures, je les enjoins à entamer un atelier coloriage. Seulement, mon fils Oscar, comme aimanté par l’objet inconnu et rutilant qui trône sur la table de la salle à manger, n’est pas particulièrement séduit par mon idée. Il veut savoir à quoi sert le drôle de bidule dans sa ligne de mire. Quand je lui apprends que la machine permet de faire des gâteaux, son envie de la tripoter vire à l’obsession. Autant vous dire qu’après mes péripéties de l’après-midi, je n’ai plus la moindre énergie pour lui opposer résistance.

Je sors donc la pâte du frigo et le laisse s’en donner à cœur joie. C’est l’éclate totale, encore mieux que le clown avec les cheveux en pâte à modeler qui sortent du sommet du crâne !  Un tour de manivelle et le hachoir commence à cracher un morceau de pâte, deux tours et le morceau s’allonge, trois tours, quatre tours et voilà qu’on peut lui donner la forme qu’on veut, un O comme Oscar par exemple ou un S comme Salomé ! L’opération prend au moins deux fois plus de temps que si je m’acquittais seule de la tâche. J’essaie de reprendre la main mais pas moyen. Je me fais donc une raison : quand on aime, on ne compte pas. Mieux vaut ne pas compter d’ailleurs, car si je devais évaluer mon efficacité sur ce coup-là, je m’attribuerais une note proche de zéro.

Ceci dit, malgré un temps de production dépassant l’entendement, mes Spritz étaient excellents. Vous ne pouvez donc que faire mieux : les produire en un temps raisonnable, en plus de les faire délicieux ! A vous de jouer maintenant ! 

Pour une trentaine de biscuits :

  • 175g de beurre mou
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 120 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1 oeuf
  • 250g de farine
  • 60g de poudre d’amandes

Dans un saladier, battre le beurre au fouet jusqu’à obtention d’une consistance crémeuse. Ajoutez le sucre vanillé, le sucre et le sel. Fouettez au batteur électrique ou dans le bol d’un robot environ 5 minutes jusqu’à ce que le mélange devienne à nouveau bien crémeux.
Ajoutez l’oeuf puis la farine tamisée, mélangez bien à la cuillère en bois, puis ajoutez les amandes et travaillez la pâte du bout des doigts afin de former une boule homogène.

Option 1 à la poche à douille :

Préchauffez le four à 180°C.

Garnissez de pâte une poche à douille avec un embout cannelé et formez des biscuits et déposez-les sur une plaque de pâtisserie tapissée de papier sulfurisé.

Faites cuire environ 10 minutes. Laissez ensuite refroidir sur une grille.

Option 2 au hachoir :

Filmez la pâte et réservez-la au frais pendant une à deux heures.

Au terme du temps de repos, préchauffez votre four à 180°C.

Formez les biscuits avec le hachoir et déposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Faites cuire environ 10 minutes. Laissez ensuite refroidir sur une grille.

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.