L'hiver est la saison des nourritures réconfortantes par excellence, donc des plats plutôt roboratifs et servis bien chauds. C'est le temps des mijotés, soupes, ragoûts, potées, fondues, raclettes et gratins bien plus que celui des salades, ceviche, carpaccios, tartares et sashimis. Pour autant, pas moyen pour moi de faire totalement l'impasse sur le cru ! D'où cette recette de tartare de truite et mangue au coeur de l'hiver...

Il a fait chaud, très très chaud à Strasbourg ces derniers jours. Par temps de canicule, allumer le four relèverait de l'inconscience ou du sado-masochisme. Notre appartement qui s'est déjà transformé en sauna finlandais deviendrait l'antichambre du purgatoire, de l'enfer ou de je-ne-sais-quel cruel instrument de torture susceptible de nous tuer à petit feu. Aussi, cette recette de concombre façon Tzatziki, sans aucune cuisson, nous a mine de rien sauvés d'une brûlante tourmente ! [one_half padding="0 2px 0 0"][/one_half][one_half_last padding="0 0 0 2px"][/one_half_last] Bon, j'exagère mais à peine. Si la chaleur a certes tendance à atténuer la sensation de faim, pas question...

Il y a quelques temps, je vous proposais sur ce blog la recette traditionnelle des Griesknepfle, des galettes de semoule fabuleuses de simplicité que nos grands-mères alsaciennes servaient accompagnées de potage et de compote de pommes au moment du dîner. Un plat roboratif, économique et gourmand à remettre assurément au goût du jour ! Et pourquoi pas l'utiliser en support de délicieuses bouchées apéritives, un peu à la manière des blinis ? C'est ce que j'ai tenté avec ces griesknepfle agrémentés d'herbes fraîche, garnis d'une crème d'avocat et de saumon fumé ! Et...

En Alsace, on aime manger ! Et on mange avec appétit des plats robustes et bien servis ! Plat le plus emblématique de la région, la choucroute garnie aussi dite royale est sans doute la spécialité qui résume au mieux notre appétence pour les nourritures riches et conséquentes. Avec son cortège de viandes et charcuteries - jambonneau, palette, lard et saucisses de différentes sortes dont les fameuses knacks - la choucroute doit davantage ses lettres de noblesse à son opulence qu'à ses atouts diététiques. Pourtant, l'ingrédient principal auquel elle doit son nom est assurément un modèle de vertu ! Surtout quand...

Voici une idée de salade tout en fraîcheur pour profiter des vertus de la choucroute crue, dont j'ai déjà fait à plusieurs reprises l'apologie sur ce blog ! La choucroute crue mériterait en effet d'être bien plus couramment consommée tant ses bienfaits pour la santé sont légions. Grâce au processus de lacto-fermentation mis en oeuvre pour transformer le chou en choucroute, la choucroute crue est notamment très riche en probiotiques, ces bactéries qui nous veulent du bien, connues pour régénérer et rééquilibrer notre flore intestinale. Si vous voulez en savoir plus sur les innombrables propriétés de la choucroute crue, je vous invite à parcourir cet article. Ceci dit,...

A l'arrivée des beaux jours, notre estomac nous réclame des nourritures plus légères et colorées. Le printemps s'installe aussi dans nos assiettes, moment idéal pour faire le plein de vitamines et nutriments qui boostent l'énergie et le moral ! Depuis quelques temps, je suis devenue une adepte de la choucroute crue, vénérée par les diététiciens et nutritionnistes. Ce super-aliment, qui doit ses propriétés au process de lacto-fermentation qui permet de transformer le chou en choucroute est un véritable trésor nutritionnel.  La choucroute crue regorge de vitamine C, B et E, d'enzymes, de minéraux, de probiotiques, d'agents anti-inflammatoires et d'anti-oxydants. Autrement dit, la choucroute crue est...

Les Alsaciens ne sont pas perçus comme des modèles de vertu culinaire, bien au contraire ! On nous prête un coup de fourchette bien trop franc, la main lourde sur le gras comme sur le sel, un goût excessif pour les nourritures riches et robustes et un manque total d'appétence pour les aliments sains et légers. Bref, pour certains mangeurs de l'intérieur,  l'Alsacien est "diététiquement" incorrect et mériterait de prendre quelques leçons de bien manger. Les Alsaciens, rois de la malbouffe ? Certes, notre registre culinaire contient quelques non-sens nutritionnels. Tenez, la salade alsacienne, par exemple. Avouons que le choix du terme salade pour cette recette qui marie cervelas, gruyère et oeuf, le tout généreusement arrosé...