Voilà on y est ! Le jour tant attendu est enfin là. Le marathon du mois de décembre va bientôt suspendre sa course pour enfin laisser place aux festivités, aux retrouvailles, aux grandes ou petites tablées, aux moments de réjouissances tant attendues. Mais ce n'est pas encore tout-à-fait le temps de relâcher la pression....

Depuis que j'ai réalisé mon premier chinois salé façon tarte flambée, l'obsession me guette. Je me prends à rêver de Schneckekueche à tous les parfums possibles et imaginables. Heureusement, que je suis loin d'avoir converti, toutes les idées qui m'ont traversé la tête en recettes testées et dégustées, car à l'heure qu'il est je serais bien plus tétanisée encore par l'approche de la cruelle et redoutable saison du bikini. Ceci dit, j'ai mis d'autres plans à exécution...

Le printemps peine à s'installer en Alsace mais les beaux jours finiront forcément par venir. Ces derniers temps, mes songes sont peuplés de rayons de soleil et de déjeuners sur l'herbe, de boutons d'or et de rires d'enfants, de chants d'oiseaux et de papillons. Je rêve de pique-nique quoi !  Et dans ces rêveries figurent les plus merveilleux clichés : l'incontournable nappe à carreau, le soleil au zénith, les jolis couverts, la caresse d'une brise succulente, l'ombre exquise d'un grand chêne, les verres qui s'entrechoquent pour tinter l'amitié...

En mettant au point mon dernier schneckekueche à la frangipane - version idéale pour célébrer l'épiphanie-, mon esprit a été assailli de mille et une autre idées de variations (évidemment ceci est une figure de style et pas à prendre au pied de la lettre, j'ai  l'esprit plutôt vif mais pas puissant au point d'atteindre cette prouesse). Disons que j'ai imaginé le schneckekueche dans de nouvelles postures (quand il s'agit d'assouvir ma gourmandise, mon cerveau devient soudainement bien plus performant), sucrées mais aussi, plus inhabituelles, salées. On fait bien des kouglofs agrémentés de lardons, alors pourquoi pas un chinois salé...