Soupe de carottes à l’orange et tartines de pesto de fanes à la feta

Bonnes résolutions 2016 : Halte au gaspillage alimentaire !

Table rase sur 2015. La nouvelle année, c’est un peu comme l’absolution du prêtre après confesse, une bonne lessive qui vient à bout de toutes les tâches ou une cure detox qui vous nettoie de l’intérieur et vous débarrasse de toutes les toxines accumulées pendant les fêtes. On efface tout et on recommence ! C’est l’heure des bonnes résolutions qui augurent un changement salutaire dans nos vies. Avez-vous d’ores et déjà conclu un contrat moral avec vous-même ? Pour ma part, j’évite de placer la barre trop haut. Je préfère m’en tenir à trois résolutions tout au plus, que de dresser une liste à rallonge pour me rendre compte quelques semaines après que toutes mes bonnes intentions ont fondu comme neige au soleil ! Mes trois résolutions pour 2016 sont les suivantes :

       d’un point de vue professionnel, m’atteler à la refonte de ce blog dont je souhaite transformer le design et améliorer les contenus en optant notamment pour une thématique 100 % Alsace.

       Sur le plan perso, me remettre plus sérieusement au sport (j’ai bien fait quelques tentatives mais je dois avouer que j’ai encore bien des efforts à faire, notamment pour inscrire ma démarche dans la régularité).

        Et d’un point de vue éthique, responsable ou éco-citoyen, alléger le bilan carbone de mon foyer en adoptant les gestes simples du quotidien qui permettent de consommer de manière plus rationnelle : réduire les emballages, éviter le gaspillage, penser aux solutions de recyclage etc…

Mummyz, un concept anti-gaspillage alsacien qui a le vent en poupe

Nous sommes tous de plus en plus attentifs à notre manière d’acheter et de consommer. De nombreuses initiatives qui vont dans le sens d’une consommation plus responsable voient d’ailleurs le jour en Alsace. Je pense notamment à Mummyz, un concept imaginé par Emmanuel Tran qui permet de partager ses parts additionnelles de plats faits maison.

C’est précisément la conscience  de devoir lutter contre le gaspillage alimentaire et l’envie de répondre à cette problématique qui a incité le jeune Mulhousien à développer ce concept. En France, on jette en moyenne 50 kg de nourriture par personne et par an. L’ambition d’Emmanuel Tran : lutter contre ce gâchis incommensurable tout en favorisant le mieux vivre ensemble ! Une douce utopie ? Absolument pas !

Mummyz est là pour donner une seconde vie à vos plats. Exemple : vous avez préparé un bon cassoulet ou un couscous pour le déjeuner familial, le genre de plat généreux et opulent qui ne s’envisage pas en portions congrues. Vous êtes 4 mais il y en a facilement pour 8 ou 10. Avec Mummyz, vous pouvez, après vous être régalés de ce plat maison mitonné avec amour, faire d’autres heureux qui seront ravis de se délecter de votre cuisine. C’est mieux que de sombrer dans la monotonie alimentaire en se coltinant le même plat quatre jours de suite, de faire tomber ses restes dans les oubliettes du congélateur pour se rendre compte un an après qu’ils ne sont sans doute plus consommables ou carrément de faire passer la moitié d’une marmite à la poubelle, non ?  

En plus, la vente de vos parts additionnelles présente l’avantage d’ajouter un peu de beurre dans les épinards. Un peu hein, pas la plaquette entière ! Car qu’on se le dise, l’objectif de Mummyz, tient à le préciser Emmanuel Tran n’est absolument pas de générer une activité lucrative pour les Mummyzers (ceux qui vendent leurs parts addiditionnelles). Il ne s’agit pas d’un service traiteur mais bel et bien d’une plateforme pour partager ses parts supplémentaires de plats préparés à la maison. Les plats sont d’ailleurs disponibles à la vente pendant deux jours maximum. On ne peut donc anticiper leur préparation que pour le lendemain. Et le prix des parts a été délibérément plafonné à 6 euros. Pas question donc d’envisager intégrer la communauté Mummyz dans le but de faire du business !

 J’ai découvert le concept Mummyz lors d’une soirée organisée chez Cuisine Aptitude à Strasbourg (vous pouvez visionner ci-dessous la vidéo de cette rencontre placée sous le signe de la convivialité) et je dois dire que j’ai vraiment été séduite et interpellée par la philosophie et l’engagement de cette startup. Bien-sûr, il existe d’autres moyens de limiter le gaspillage et c’est en faisant vivre toutes les bonnes volontés et en additionnant les initiatives heureuses que nous pourrons tous ensemble faire bouger les lignes durablement. Lors cette soirée organisée par Mummyz, j’ai d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer d’autres acteurs de la lutte contre le gaspillage, notamment des étudiants qui ont eu l’excellente idée de lancer une production de jus de fruits responsables en sauvant des pommes destinées à connaître le triste sort de la poubelle. Je vous invite à visiter la page facebook de leur très sympathique entreprise, baptisée Moi, moche et bon ! J’ai aussi croisé la pétillante Céline, qui a choisi de vivre une existence “zéro déchet” et alimente un blog, une vie verte sans poubelle, qui fourmille d’astuces et de conseils pour alléger sa vie, cuisiner avec plaisir, réduire son budget et ses déchets, bref pour « eco-consommer joyeusement » !

Ma recette antigaspillage

Et pour rester dans la thématique du zéro déchet, je vous propose aujourd’hui une soupe de carottes à l’orange bio, accompagnée de tartines de pesto de fanes de carottes et Feta. Pour cette recette, pas besoin d’éplucher les carottes puisqu’elles sont bios. Il suffit de les brosser et de les nettoyer à l’eau claire. Et pour le coup, la poubelle n’est pas mise à contribution ou très peu, puisque les carottes sont cuisinées de la tête à la queue ! 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Pour 4 belles assiettes

Pour la soupe

  • 1 grosse botte de carottes avec les fanes
  • 1 oignon
  • 1 blanc de poireau (le vert peut être utilisé pour préparer un fond de sauce par exemple)
  • 1 filet d’huile d’olive
  • 1 orange
  • 1 cube de bouillon de légumes ou de poulet
  • un peu de crème (facultatif)

Pour le pesto

  • les fanes d’une botte de carottes
  • 1 gousse d’ail
  • 70g de parmesan
  • 70g de pignons de pin ou d’amandes grillées
  • 70g d’huile d’olive
  • sel
  • poivre

Pour les tartines

  • 12 tranches de baguette ou de pain de campagne(vous pouvez utiliser du pain de la veille)
  • 150 g de Feta

Epluchez l’oignon et ciselez-le. Lavez le poireau et coupez-le en rondelles. Faites revenir l’oignon et le poireau dans une poêle avec un filet d’huile d’olive.

Pendant ce temps, coupez les fanes des carottes et réservez-les. Brossez les carottes et lavez-les pour les débarrasser des résidus de terre. Coupez-les en rondelles d’un demi-centimètre d’épaisseur environ et faites-les revenir quelques minutes dans la poêle avec les morceaux d’oignon et de poireau.

Mouillez à hauteur avec de l’eau, ajoutez le bouillon et faites cuire une vingtaine de minutes après la reprise de l’ébullition.

Pendant ce temps, préparez votre pesto de fanes de carottes. Lavez soigneusement les fanes (débarrassez-vous de la tige centrale) et mixez-les avec tous les autres ingrédients. Coupez 12 tranches de baguette et grillez-les au toaster ou sur une plaque au four pendant 5 minutes à 180°C.

Quand les légumes sont cuits, mixez-les finement avec tout ou partie de leur jus de cuisson (selon la consistance souhaitée). Ajoutez-le jus et les zestes d’une orange. Mixez à nouveau. C’est prêt !

Etalez du pesto sur chaque tranche de pain grillé et de la Feta émiettée. Répartissez la soupe dans des bols et présentez les tartines sur une assiette. Passez à table et dégustez pendant que c’est encore chaud !

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.