En bonne alsacienne que je suis, je consomme de la choucroute tout au long de l'année. Pour ceux qui suivent ce blog, vous savez déjà que je ne parle pas du plat emblématique de la gastronomie alsacienne avec sa cohorte de viandes et charcuteries mais du précieux légume lacto-fermenté qui a donné son nom à cette fameuse spécialité...

On n'y pense pas toujours mais le chou-fleur se mange tout aussi bien cru que cuit. Et passé au mixeur, il ressemble à s'y méprendre à de la semoule. C'est donc le légume parfait pour se régaler d'un taboulé tout en fraîcheur qui conviendra tout particulièrement à celles et ceux qui mangent sans gluten ou surveillent leurs apports glucidiques.  Je n'ai pas résisté à la tentation d'agrémenter ce taboulé de chou-fleur, de quelques asperges crues, histoire de profiter pleinement de la saveur et des vertus de cette merveilleuse tige à laquelle je devrai me résoudre à faire mes adieux d'ici...

Plat emblématique de l'Alsace gourmande, le baeckeoffe peut se décliner en multiples versions. Loin d'être figée, la recette traditionnelle varie sensiblement d'une famille à une autre, comme toutes les recettes transmises oralement de génération en génération. Et pour peu qu'on ait envie de sortir des sentiers battus ou qu'on soit plus simplement tributaire du contenu du réfrigérateur, le baeckeoffe se prête tout particulièrement aux variations dictées par l'inspiration du moment. Après vous avoir proposé sur ce blog une variante au canard et une autre au poisson, mon baeckeoffe prend aujourd'hui la poudre d'escampette direction le Pérou. J'ai imaginé cette recette de...

Voici des galettes de viande (fleischkiechle) que j'ai eu l'occasion de proposer tout récemment lors d'une soirée événementielle et qui ont remporté un vif succès auprès de mes dégustateurs ! Je suis d'autant plus heureuse de partager avec vous la recette aujourd'hui qu'elle figure dans mon tout premier livre de cuisine. Je saisis donc le prétexte de cette recette de galettes de viande alsaciennes aux saveurs orientales délicieusement accompagnées d'un bibeleskaes au citron confit et au safran pour vous présenter mon livre, dont la sortie est prévue le 18 octobre prochain. Cet ouvrage de 50 recettes intitulé L'Alsace enchantée de Leïla...

En Alsace, la patate a la cote ! On la retrouve en vedette des fameuses grumbeerekiechle (galettes), en star du roïgebrageldi, en fiancée indissociable du bibeleskaes, en protagoniste incontournable du traditionnel baeckeoffe, en invitée permanente de la choucroute. Et elle sert de base à nombre de spécialités comme les Grumbeereknepfle (sortes de gnocchis) ou les buwespätzle (sortes de quenelles). Et si pour changer un peu, on lui substituait de temps à autre la patate douce, qui combine à la fois les vertus d’un féculent au fort pouvoir rassasiant et les qualités nutritionnelles d’un légume riche en fibres, minéraux et vitamines...

Le tourbillon des fêtes s'est éclipsé et a emporté avec lui 2017 pour laisser place à une année toute neuve, toute belle, toute vierge, aussi immaculée qu'une page blanche à écrire. A ce stade, 2018 est l'année de tous les possibles ! Reste à savoir ce que nous en ferons mais aussi de découvrir ce que la vie nous réservera, car tout ne dépend pas évidemment que de nos intentions et de notre bonne volonté. Bien évidemment, le moment est propice aux fameuses bonnes résolutions, car tant qu'à écrire une nouvelle page de notre vie autant réunir tous les ingrédients...

Je vous ai déjà vanté mille et une fois, sur ce blog, les vertus de la choucroute crue qui contient une foule nutriments excellents pour la santé. J'ai pris l'habitude de consommer ce super-aliment le plus souvent en salade. Mais, je me suis aussi amusée à en faire de jolis et délicieux amuse-bouches sous la forme de makis. Ma première tentative fut à base de saumon fumé.  [one_half padding="0 2px 0 0"][/one_half][one_half_last padding="0 0 0 2px"][/one_half_last] Et aujourd'hui, je vous propose de réaliser des makis au canard séché ou fumé. J'ai mis au point cette recette pour ma première chronique culinaire que j'ai décidé...

Les Alsaciens ne sont pas perçus comme des modèles de vertu culinaire, bien au contraire ! On nous prête un coup de fourchette bien trop franc, la main lourde sur le gras comme sur le sel, un goût excessif pour les nourritures riches et robustes et un manque total d'appétence pour les aliments sains et légers. Bref, pour certains mangeurs de l'intérieur,  l'Alsacien est "diététiquement" incorrect et mériterait de prendre quelques leçons de bien manger. Les Alsaciens, rois de la malbouffe ? Certes, notre registre culinaire contient quelques non-sens nutritionnels. Tenez, la salade alsacienne, par exemple. Avouons que le choix du terme salade pour cette recette qui marie cervelas, gruyère et oeuf, le tout généreusement arrosé...